Disparition de Thérèse HARTER
Accueil >> Disparition de Thérèse HARTER >> Disparition de Thérèse HARTER

Disparition de Thérèse Harter, conseillère municipale :
« Un sens inné de la solidarité»

Thérèse Harter avec Philippe Henry lors de la campagne 2014. Photo équipe Horizon 2020.

 

« Notre Ville vient de perdre une amie et notre Conseil Municipal une élue très impliquée et très humaine » a déclaré Philippe Henry, Maire de Château-Gontier sur Mayenne et Président de la Communauté de Communes du Pays de Château-Gontier à l’annonce du décès de Thérèse Harter à l’âge de 90 ans.

Thérèse Harter a été conseillère municipale d’opposition de 1995 à 2001 sur la liste de Maurice Seigneur et conseillère municipale de la majorité avec Philippe Henry de 2001 à 2008. Elle était également de nouveau sur la liste du Maire sortant en 2008, puis en 2014 où elle occupait la 32e place.

« Sa fidélité n’avait d’égale que sa loyauté » rappelle Philippe Henry, affecté par cette disparition. Figure emblématique du faubourg puisqu’elle a longtemps résidé au passage à niveau 39, route de Sablé, Thérèse Harter a également occupé des responsabilités au sein de plusieurs associations dont celle des parents d’élèves des écoles publiques (FCPE), le Secours Populaire, le Planning Familial…Très à l’écoute des autres et en particulier des personnes les plus fragiles, Thérèse Harter s’efforçait toujours de trouver des solutions. Toujours membre du CCAS, après avoir été conseillère municipale, elle s’investissait avec conviction et détermination. Elle y siègera de 2001 au 1er janvier 2019.

Bruno Hérissé, Maire délégué de Château-Gontier-Bazouges garde, lui aussi, le souvenir ému d’une femme d’exception : « Pour moi, que ce qui a toujours caractérisé Thérèse c’est son sens inné de la solidarité, de la générosité, de la disponibilité permanente, son attachement viscéral à l’entraide et au militantisme. Thérèse a été militante politique : membre du Parti Communiste puis du Parti Socialiste, et de plusieurs associations».

Bruno Hérissé se souvient aussi que Thérèse Harter a toujours participé « à nos combats politiques » et qu’elle a été candidate aux Municipales à ses côtés en 1983 et en 1989. « Lorsqu’en 1991, j’ai été élu Bâtonnier de l’ordre des Avocats du Barreau de Laval, j’ai quitté le Conseil, et alors Thérèse m’y a succédé. Je garde aussi profondément ancré en moi des souvenirs de soirées électorales plus ou moins fastes mais toujours empreintes de solidarité et de bonheur ». Il faut souligner et insister sur le fait que Thérèse Harter a été l’un des piliers du Planning Familial en Mayenne. Mère de 10 enfants, elle a toujours voulu être aux côtés des femmes, en particulier des plus jeunes pour les accompagner et leur permettre de choisir leur vie.

La gentillesse naturelle de Thérèse Harter et son sourire permanent lui ont a valu, à juste titre, l’estime de très nombreuses personnes et notamment de celles qui ne partageaient pas ses convictions et ses engagements.

Nicole Lagueste, première adjointe au Maire de Château-Gontier de 2001 à 2008, perd, elle aussi une personne à laquelle elle était très attachée. Elle se remémore notamment la présence de Thérèse Harter en tant qu’élue siégeant avec elle au Conseil Municipal Enfants où elle était unanimement appréciée des jeunes conseillers. « Thérèse était généreuse et sincère, humaniste et féministe, vraie et forte. Elle aimait les gens ; elle aimait la justice et la dignité. Elle était une révoltée paisible et pugnace. » Et Nicole Lagueste de terminer : « Merci infiniment Mme Harter, merci infiniment ma très chère Thérèse, toi qui nous as donné tant de ton temps et de ta vie ».

Marc Deniaux, ancien adjoint de Philippe Henry, parle avec la même émotion de cette amie de toujours et évoque la petite maison de garde barrières de la famille Harter, avenue Foch. « Chez Thérèse, cela sentait toujours bon le café qu’elle ne manquait jamais de nous offrir à chacun de nos passages chez elle. »

Et Marc Deniaux de livrer une anecdote : « Il me revient ce « bon » mot de Thérèse. Le jour de l’installation de notre 1er conseil municipal de 2001 présidé par Thérèse, en tant que doyenne de séance, elle déclare à l’assistance, alors que le vote en séance n’avait pas encore eu lieu, que Philippe était élu Maire de Château-Gontier. »

Philippe Henry, alors qu’il travaillait depuis plusieurs années sur le projet de plate-forme multimodale, sur le site de la gare, si cher à Thérèse Harter, avait toujours promis à cette dernière qu’elle reverrait des trains derrière chez elle. Le maire de Château-Gontier avait tenu à ce que Thérèse Harter soit aux premières loges le 4 octobre 2013 lors de l’inauguration de la gare de fret. « Ce fut un moment de belle et grande émotion pour nous tous et pour Thérèse en particulier. Le rail et la SNCF avaient été la vie de sa famille et elle restait profondément attachée à son quartier de la gare ».

Unanimement, Philippe Henry, Bruno Hérissé, Nicole Lagueste et Marc Deniaux, au nom de tous les élus de la Ville et du Pays de Château-Gontier s’accordent pour dire que Thérèse Harter fut et restera « une grande dame ».

 


Ma ville
Elections municipales
Vie municipale
Présentation
Histoire
Patrimoine
Vie associative

LE MAG - Journal Ville
Contact
INFOS PRATIQUES
Cadre de vie
Marchés en Ville
Marché aux veaux
Travaux en ville
Circulation et stationnement
Environnement
Urbanisme
Eau et Assainissement
Fleurissement
Développement économique
Parc Saint-Fiacre
Loisirs
Tourisme
Action culturelle
Médiathèque
Conservatoire
Cinéma
Famille
Enfance
Jeunesse
Périscolaire
Education
INSCRIPTIONS À L'ÉCOLE
Solidarités
Centre Communal d'Action Sociale
Centre Intercommunal d'Action Sociale
Centre social
Services en ligne
Portail Famille
Panneaux lumineux
Actes d'état civil
Marchés publics
Photothèque
Agenda
Plan de la ville
Mentions légales - Crédits