>CHEMAZE
Mercredi 27 juin
Interclub
 
>CHEMAZE
Samedi 30 juin
Kermesse de l'école St Henry
 
>SAINT-FORT
Samedi 30 juin
Matinée pêche et courses cyclistes
 
Découvrir l'agenda complet

 CIAS du Pays de Château-Gontier 

Depuis le 1er janvier 2012, l’action sociale de la Communauté de communes est exercée par le Centre Intercommunal d’Action Sociale. Il a vocation à donner un cadre commun d’action et de réflexion aux missions sociales qui ne peuvent pas être exercées efficacement à l’échelle communale : l’épicerie sociale, le centre d’accueil d’urgence, le CLIC (Centre Local d’Information et de Coordination) pour les seniors ou encore le soutien aux associations solidaires qui agissent à l’échelle du Pays de Château-Gontier.

La répartition des rôles entre le CIAS et la Communauté de communes est exactement la même qu’entre les CCAS et les communes. La création d’un CIAS n’implique pas la disparition des centres communaux qui continuent d’exercer leurs missions de proximité.

Mais l’existence d’un centre intercommunal devenait de plus en plus nécessaire pour répondre aux besoins d’aujourd’hui : quelle commune rurale seule pourrait faire vivre une épicerie sociale, un lieu d’accueil d’urgence, ou supporter une politique de lutte contre la précarité énergétique ? Le CIAS du Pays de Château-Gontier est le troisième à voir le jour en Mayenne, après ceux du Pays de Craon et du Pays de l’Ernée.

La constitution du CIAS doit aussi être un progrès pour les bénévoles : les 30 qui animent l’épicerie sociale de « Courte Echelle », les 15 mobilisés par l’accueil d’urgence et tous ceux qui œuvrent au sein des associations. Le CIAS leur donne leur parole – ils sont représentés au conseil d’administration – et va les aider à mieux se former.

CIAS mode d’emploi

Partenaire des associations solidaires et des CCAS, le CIAS est dirigé par un conseil d’administration de 33 membres : Philippe Henry, président de droit, et 16 autres élus représentent la Communauté de communes. Siègent également des représentants de la société civile issus des associations. Tout ajout de compétence à celles exercées aujourd’hui par le CIAS nécessitera une évolution des statuts.



Imprimer cet article  Envoyer cet article  un ami